La création d’un “Pôle Gauche” dans la majorité :

l’éloge de la bonne conscience macroniste

 


 29 octobre 2019

Ce dimanche, une tribune parue dans le JDD, signée par 76 marcheurs (députés, élus, sympathisants etc.) appelle à la création d’un pôle gauche de la majorité destiné à mettre les questions de réduction des inégalités et de laïcité au cœur de nos valeurs et de notre exigence républicaine.

Le problème est que ces marcheurs réitèrent leur soutien au président Macron qui a pourtant entamé un processus de destruction du modèle social français et manifeste un profond mépris pour toutes ces questions. L’action publique s’exerce au profit des plus riches et ne fait qu’aggraver une fracture sociétale déjà présente partout en France. La pauvreté augmente tandis que le pouvoir d’achat des plus favorisés en ressort étonnamment renforcé, conséquence d’une politique pro patronale poussant le néo-libéralisme à son apogée.

Au bout de deux ans de présidence Macron, le constat est sans appel : après une crise démocratique sans précédent (voir le sort réservé aux maires dès le début de la présidence) et le mouvement des gilets jaunes, la haine des institutions croît à mesure que la fracture sociale s’étend. De même, la montée dangereuse du populisme révèle un désamour pour l’action publique. Dans ce contexte, ces macronistes semblent s’être rendu compte qu’il y avait un léger problème. Retrouvant subitement leurs instincts d’ex hommes et femmes de gauche, ils veulent réaffirmer leur penchant à gauche, tout en réitérant leur soutien au Président « indiquant que le cap est le bon et la France est gouvernée » et qu’ils souhaitent «la réussite des réformes et de ce quinquennat ».

On a donc affaire à une tentative de stratégie politique en vue des élections présidentielles de 2022, qui vise à élargir le socle politique de LREM, car « le risque d’une victoire de l’extrême droite au second tour est réel si sa propre candidature est portée, comme en 2017, par une communauté réduite aux marcheurs et aux amis de François Bayrou » comme le notait l’Opinion le 22 octobre.

Et le problème est bien là, si l’intention est louable, le contenu s’en retrouve totalement dénué de sens : Macron ne changera pas, il incarne une vision libérale de la société qui n’est pas compatible avec ce qu’appelle cette tribune. Pire, cela peut être une manière de créer l’illusion que LREM est un parti qui porte de l’importance aux questions sociales. Or, nous savons tous pertinemment que ce n’est pas le cas. L’objectif ici est d’étouffer l’opposition afin d’entretenir le duel LREM / RN qui est un danger pour notre démocratie. Cette tentative de reconquête de l’électorat de gauche a donc pour seul objectif de renforcer le Président pour 2022…. en sacrifiant les idéaux de gauche auxquels il est appelé.

 Une imposture de plus.

 Voici donc pourquoi ce « pôle de gauche » doit rejoindre l’opposition au plus vite, s’il se veut porteur de sens et de valeurs authentiquement socialistes, afin de porter haut et fort ces questions sociales et écologiques.

 François Brebel